Place Jacques Cœur

Localisation :
Bourges / 18

Surface :
3 750m2

Coût :
1 614 000 € HT

Statut : Livré

Livraison : mars 2011

Maître d'ouvrage :
Ville de Bourges

Equipe :
Arc&Sites architectes associés
SCE BET Infrastructure
Méca BET Ingénierie

Le projet consiste en le réaménagement d’un large secteur du centre historique de Bourges comprenant le Palais Jacques Coeur.

La présence de ce dernier, l’utilisation du vide comme élément premier constituant la qualité d’un espace public, ont guidé nos pas vers une proposition ténue et contemporaine, s’articulant sur un nombre réduit d’éléments choisis.

A la rue Jacques Coeur les pavés anciens imposés dans le cadre du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur, aux places connexes le dallage soulignant le statut particulier des vides formant places.

La place Jacques Coeur est ainsi revêtue de dalles de pierre calcaire flammées de format unique, projetées jusqu’au fil d’eau séparant parties piétonne et circulée.
De ce calepinage simple et répétitif émergent 3 massifs de pierre, 3 bancs proposant des configurations et hauteurs d’assise différentes.

L’un d’eux englobe une tour escamotable en inox, contenant le dispositif scénographique de la manifestation saisonnière des «Nuits Lumières».
Le soir, la tour est levée et ses orifices diffusent son et images projetées sur la façade du Palais.

Côté Palais, des bornes escamotables permettent une ouverture complète de l’espace de la place vers le Palais en cas de manifestations ou d’évènements.

La place Gabriel Monnet, située entre le Palais et le théâtre, propose, par quelques légères variations, un traitement en contrepoint et continuité de la place Jacques Coeur.

Lieu de passage entre la ville haute et la ville basse, on y accède par un escalier aux marches de basaltes, restauré dans le cadre du projet. Tel un tapis que l’on déroule, des pavés de pierre volcanique relient l’escalier et la rue Jacques Coeur.

Si le reste de la place propose un dallage de calcaire et des bancs, ces éléments sont mis en place selon un registre différent que celui de la place Jacques Coeur.

Les dalles y sont de taille variées, disposées selon un calepinage aléatoire . De même, les bancs n’y sont plus massifs mais mobilier rapporté. De ces derniers émergent des tilleuls taillés en rideau, portant ombre sur cette partie de la ville recevant le soleil de fin de journée. Forme rigide en contrepoint du sophora se développant librement depuis le jardin du Palais, ils participent également de la mise en scène urbaine. Ils atténuent ainsi la perception de la façade latérale du théâtre au profit de sa façade principale, située au droit de l’espace restreint de la rue Jacques Coeur.